Nicole Ovaere-Raudet : « les manufactures de dentelles de Colbert » à 15 h samedi 9 mars au musée


À Bourges, au temps de Louis XIV, la dentelle tenait à un fil de lin… Une manufacture a employé des ouvrières à l’hôtel des Échevins ce qu’explique Nicole Ovaere, historienne et collectionneuse de l’étoffe précieuse.

Sous Colbert, Bourges, comme d’autres villes, a furtivement fait dans la dentelle et le point de France.

Une stratégie économique cousue par le roi soleil qui voulait concurrencer l’aiguille de Venise et les fuseaux des Flandres

La cité de Jacques Coeur pourtant de tradition drapière, a été épinglée sur la carte de France des manufactures, sa situation géographique facilitant les relations commerciales, en particulier avec Aurillac, Sedan et Alençon.

Entre 1666 et 1676, l’aile de l’hôtel des Échevins a manié l’aiguille, une soixantaine d’ouvrières se chargeaient des finitions et de l’assemblage de pièces finement ouvrées pour la plupart dans l’Orne et le Massif Central.

Le Berry Républicain du 23 octobre 2013

Le Chantilly, un exemple de dentelle, le diamant noir XIX du travail au fuseau (photo Isabelle Coudrat)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.